LE DTM QUI DONNE DES LEÇONS À LA F1 – Patrick Tambay – Autosport

By
Updated: September 5, 2013
Motorsports / DTM 2013, Testfahrten Barcelona

 

OUVRONS LES YEUX. Il existe une vie en dehors de la Formule 1. À nous spectateurs, pilotes, écuries et constructeurs de la découvrir. Certes, la Formule 1 continue à dominer les conversations des fans, l’audience des télévisions (et des radios) et la une des magazines. C’est une sorte de locomotive, de vitrine, mais, comme l’avait fait Apple vis-à-vis d’IBM il y a trente ans, d’autres disciplines prouvent avec brio qu’il existe une vie hors de la F1. Et bien des idées adoptées en F1 (les qualifs…) viennent du DTM et vice versa (DRS, pneus option…). PARMI CES BELLES DISCIPLINES, il y a le WTCC qui est un championnat du monde dont nous vous parlons tous les mois avec passion et que l’on voit chaque semaine sur Eurosport, et le DTM allemand, qui reste très national et peu connu chez nous, mais qui est lui aussi très compétitif. Moi-même, je méconnaissais le sujet avanti que mon fils Adrien ne débute chez Audi… me plongeant ainsi au coeur du système.

 

LES ATOUTS DU DTM ? D’abord, il s’agit d’une communauté d’intérêts sportifs, économiques, marketing et d’une discipline où tout le monde est gagnant. Trois grands constructeurs s’affrontent en piste, chacun avec ses armes, et il existe toujours – pour ceux qui ne gagnent pas (encore) – une exposition, une image, une plateforme de communication pour profiter dans tous les cas de leur présence. Ainsi, que ce soit Audi, BMW ou Mercedes, tout le monde est content. Du point de vue des coûts, là aussi il y a de belles choses à apprendre. En effet, toutes les autos bénéficient de la même coque et de nombre d’organes communs, ce qui divise le coût de l’étude et du développement du châssis par trois. Les différentes équipes travaillent ensuite sur l’aéro, interne et externe, sur les suspensions et sur l’usage des pneus, également limités en nombre. Au final, cela donne vingt pilotes qui se qualifient dans une fourchette de une à moins de deux secondes maximum et un spectacle en piste tout simplement bluffant. Résultat : l’audience télé est importante et la moyenne du nombre de spectateurs – grâce aussi à des billets peu chers et à des paddocks bourrés d’attractions – dépasse souvent largement celle des Grands Prix, avec plus de 80 000 personnes par course, en Allemagne il est vrai !

 

CÔTÉ PILOTES, ils sont tous payés pour exercer leur metier et réalisent de belles carrières, qui durent et qui ne les laissent pas sur la paille en fin de contrat. Un Gary Paffett ou un Jamie Green, par exemple, qui ont raté leur passage vers la F1 à plein temps, y vivent et y courent, en guettant les opportunités qui se présenteraient en chemin, et c’est possible comme nous l’a prouvé Paul Di Resta.

 

ET PUIS, IL FAUT REGARDER L’AVENIR : le GT japonais adopte les règles du DTM à partir de 2014 et le Grand Am suivra en 2017. Il y aura alors une grande plate-forme mondiale, sur trois continents. Le DTM avait un peu manqué son internationalisation, avec l’ITC, il y a vingt ans. Cette fois, constructeurs, partenaires, TV, pilotes, écuries… tout est réuni pour que cela se réalise. Un jour ou l’autre, une écurie française y viendra, c’est certain.  Peugeot avait bien avancé sur ce dossier après les coupes budgétaires fatales aux 908. Bref, doucement, mais sûrement, le DTM tisse sa toile et devrait émerger sur la scène mondiale dans les années à venir, cette fois sur des bases solides.

2 Comments

  1. Dominique Chesnais

    September 6, 2013 at 6:16 am

    OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII…….On veut du sport, de la compétition et des pilotes de talent !!! Vive le DTM….

  2. stella vidal

    September 6, 2013 at 6:31 am

    Il faut davantage médiatiser le sport auto autre que la F1 et cet article fort bien construit fait ce qu’il faut pour ça. Même si la F1 est et restera la discipline reine, il y a une vie de sportif pour les pilotes en dehors de la F1, la preuve !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>